Lexique
d’anatomo-cytopathologie

consulter_crop5f7n8P6qQgL1U
AccueilInfo patients > Lexique d’anatomo-cytopathologie

Abcès

Lésion inflammatoire purulente circonscrite par la membrane pyogène.
La constitution de l’abcès passe par une phase phlegmoneuse puis par une phase de collection.
La membrane pyogène correspond aux phénomènes de réparation développés en périphérie du foyer de nécrose purulente.

Abcès froid

Au sens strict : abcès dont l’évolution n’est pas accompagnée de signes cliniques de l’inflammation aiguë (chaleur, douleur, tumeur).
En pratique, ce terme ne s’emploie plus que pour désigner l’abcès froid tuberculeux caractérisé par une accumulation de caséum ramolli provenant d’une nécrose locale ou ayant migré à partir d’un foyer situé à distance.

Adénocarcinome

Tumeur maligne dont la structure reproduit celle d’un épithélium glandulaire, que son développement soit à partir d’une muqueuse glandulaire ou à partir d’une glande endocrine ou exocrine.
Peut être typique ou bien différencié, ou atypique ou peu différencié.

Adénome

Tumeur bénigne constituée par la prolifération d’un épithélium glandulaire dans une muqueuse ou une glande exocrine ou endocrine.

Agénésie

Absence complète d’un organe en rapport avec l’absence de son ébauche embryonnaire.

Amyloïde

Ensemble de substances de nature protéique ou glycoprotéique et de composition chimique complexe et variable ayant en commun 
-    un aspect éosinophile homogène sur l’hématéine éosine
-    des affinités tinctoriales particulières (rouge Congo, thioflavine…)
-    un aspect microfibrillaire en microscopie électronique
-    une structure moléculaire (béta plissée)

Amylose

Discipline médicale qui comporte l'étude de toutes les lésions observables. 
Cette étude se fait à trois niveaux  
-    une étude macroscopique (examen à l'œil nu), 
-    une étude histologique et/ou cytologique en microscopie optique 
-    des études particulières faisant appel à des techniques de biologie cellulaire (microscopie électronique, immuno-cytochimie, histo-enzymologie...) et/ou de biologie moléculaire. 
Cette étude a pour but 
-    d’établir un diagnostic.
-    de rechercher une étiologie.
-    de préciser le pronostic
-    de juger éventuellement de l’effet bénéfique ou néfaste des thérapeutiques.

Angiomatoses

Maladies généralement héréditaires caractérisées par la présence d’angiomes multiples ou d’angiomes volumineux systématisés à un territoire précis de l’organisme.

Angiome

Tumeur bénigne constituée par la prolifération de vaisseaux sanguins (hémangiomes) ou lymphatiques (lymphangiomes).

Angiosarcome

Sarcome constitué par une prolifération de structures vasculaires.

Anoxie

Terme non morphologique désignant l’absence transitoire ou définitive d’apport ou d’utilisation d’oxygène dans une cellule, dans un tissu ou dans un organisme (voir hypoxie).

Aplasie

Absence de développement de l’ébauche d’un organe

Apoplexie

Foyer d’infiltration hémorragique avec ou sans nécrose, sans oblitération ni lésion vasculaire mais par anomalie fonctionnelle de la circulation. Cette lésion s’observe essentiellement en période d’activité fonctionnelle (ex : apoplexie tubo-ovarienne).

Apoptose

Mort cellulaire programmée avec fragmentation de l’ADN, observée dans des conditions variées : au cours de l’embryogenèse, sous l’action d’hormones, sous l’action d’une réaction immunologique ou encore avec certaines pathologies virales.
Les corps apoptotiques résultent de la fragmentation de l’ADN.

Artériosclérose

Variété de dystrophie des artères dont les parois sont indurées et fibreuses.

Athérome

Présence au sein de l’intima des artères d’une plage de nécrose particulière (bouillie athéromateuse) riche en lipides (c’est une des lésions de l’athérosclérose).

Athérosclérose

Définition de l’OMS (1957) : «  une association variable de remaniements de l’intima des grosses et moyennes artères consistant en une accumulation segmentaire de lipides, de glucides complexes, de sang et de produits sanguins, de tissu fibreux et de dépôts calcaires, le tout accompagné de modifications de la média ».
Aucune de ces lésions n’est pathognomonique. Leur association constitue l’athérosclérose.

Atrésie

Variété d’aplasie. Le terme est utilisé pour les organes creux lorsqu’il existe l’absence de développement de la lumière ou l'absence de certains segments de cet organe.

Atrophie d’un tissu

Diminution de la masse d’un tissu liée à l’atrophie des cellules et généralement à la diminution du nombre de ces cellules

Atrophie d’une cellule

Diminution normalement réversible de la masse d’une cellule en rapport avec une diminution de son activité. Ceci se traduit par une réduction de sa taille et éventuellement la disparition de certains de ces constituants.

Autolyse

Auto-destruction cellulaire ou tissulaire (après la mort ou par défaut de fixation).

Autopsie (nécropsie)

Examen pratiqué sur un cadavre dans le but de préciser les lésions responsables des symptômes observés, d’établir les causes immédiates de la mort ou de juger des effets des traitements appliqués.
La pratique d’une autopsie nécessite une demande d’autorisation.
L’autopsie médico-légale est effectuée par un médecin légiste à la requête de l’autorité judiciaire ; elle a pour but d’établir les causes ou les circonstances des décès suspects.

Biopsie

Prélèvement d’un fragment de tissu sur un être vivant.
La biopsie exérèse est le prélèvement de la totalité d’une lésion dans le but d’en faire le diagnostic anatomo-pathologique et d’en assurer la cure radicale.
La ponction biopsie est le prélèvement biopsique réalisé à l’aiguille ou au trocart tournant (drill biopsie) ramenant des fragments tissulaires sous forme de carottes de taille et de diamètre varié.

Botriomycome

Bourgeon charnu exubérant réalisant une pseudo-tumeur inflammatoire.

Bourgeon charnu (blastème de régénération)

Structure transitoire dans la réaction inflammatoire qui va progressivement évoluer vers la réparation du tissu lésé.
Il est initialement constitué par les éléments cellulaires de l’inflammation (polynucléaires, lymphocytes, plasmocytes, histiocytes et fibroblastes). Il apparaît progressivement du collagène et des capillaires néoformés. Au fur et à mesure que le collagène se densifie, les éléments cellulaires se raréfient. Le bourgeon charnu peut évoluer vers un tissu fibreux cicatriciel ou peut servir de matrice à la réparation des tissus conjonctifs spécialisés.

Cancer in situ

Cancer non invasif (cancer au stade 0, cancer intraépithélial).
C’est un cancer au stade initial de son développement, limité au tissu qui lui a donné naissance.
La définition est microscopique et en pratique, elle s’applique essentiellement aux structures épithéliales limitées par une membrane basale (épithéliums de revêtement et des glandes). Il s’oppose au carcinome invasif dont les cellules franchissent la basale et envahissent le tissu conjonctif.

Cancer indifférencié (ou anaplasique)

Cancer dont l’aspect histologique ne rappelle aucun tissu normal de l’organisme, du moins en utilisant les méthodes histologiques conventionnelles.

Cancer intramuqueux

Terme utilisé pour les muqueuses glandulaires lorsqu’il existe une extension dans le chorion, sans atteinte de la musculaire muqueuse et de la sous muqueuse.

Cancer peu différencié

Cancer dont l’aspect histologique ne conserve que quelques particularités ne rappelant pas un tissu normal, ce qui ne permet pas d’en préciser le type histologiqu

Carcinoïde

Tumeur endocrine (présence de grains neuro-sécrétoires intracytoplasmiques) dont les caractères morphologiques et l’évolution sont habituellement ceux d’une tumeur bénigne.

Carcinome

Cancer développé à partir d’une lignée cellulaire épithéliale

Carcinome à petites cellules

Tumeur constituée d’une prolifération de cellules de petite taille, disposées en plages mal limitées, dont on admet l’origine neuro-endocrine. Ces tumeurs ont un haut degré de malignité. La localisation la plus fréquente est médiastino-pulmonaire.

Carcinome basocellulaire

Tumeur cutanée d’évolution lente, ne donnant pas de métastase, dont l’origine annexielle est généralement admise, et dont la constitution rappelle la couche des cellules basales de l’épiderme.

Carcinome épidermoïde

Carcinome reproduisant la structure d’un épithélium malpighien et naissant habituellement (mais pas toujours) dans un épithélium de ce type.
Il peut être différencié mature (avec une kératinisation) ou différencié immature, ou peu différencié.

Carcinome métaplasique

Carcinome dont la différenciation rappelle un épithélium différent de l’épithélium d’origine. L’exemple le mieux connu est celui du carcinome épidermoïde bronchique (le revêtement bronchique est cylindrique).

Carcinome micro-invasif

Terme utilisé pour les muqueuses malpighiennes lorsqu’il existe une extension dans le chorion sur quelques millimètres d’épaisseur.

Carcinome neuro-endocrine

Tumeur endocrine (présence de grains neuro-secrétoires intracytoplasmiques) qui peut avoir des caractères cytologiques ou architecturaux malins et surtout qui peut donner des métastases.

Carcinome spinocellulaire

Equivalent dans la peau d’un carcinome épidermoïde (terme que l'on peut maintenant utiliser. Le terme « spinocellulaire » dérive de la notion de « cellules à épines » ou cellules à pont d’union situées dans le corps muqueux de Malpighi. Il est le plus souvent mature, c’est à dire kératinisé.

Caséum
(nécrose caséeuse)

Nécrose spécifique de l’inflammation tuberculeuse. Elle-ci est éosinophile, granuleuse, homogène et le plus souvent dépourvue de cellules.

Caverne

Cavité au sein d’un parenchyme, résultant du ramollissement du caséum et de son évacuation au moins partielle par un conduit naturel (caverne tuberculeuse pulmonaire en partie évacuée par une bronche).

Cellule épithélioïde

Cellule de la lignée histio-monocytaire prenant un aspect particulier rappelant celui des cellules épithéliales. Cette transformation se produit au cours de certaines réactions inflammatoires (ex : tuberculose).

Cellule géante

Cellule d’origine histio-monocytaire. Elle est volumineuse et contient plusieurs noyaux. Ces cellules géantes résultent d’anomalies de la division cellulaire.

Chéloïde

Sclérose hypertrophique réalisant une cicatrice hypertrophique (généralement dans la peau).

Choc

Etat de défaillance circulatoire aiguë entraînant une mauvaise irrigation sanguine des tissus et aboutissant à une anoxie tissulaire.

Cholestase

Le syndrome cholestatique est défini par l’élévation dans le sérum de la bilirubine à prédominance conjuguée, de la GGT, des phosphatases alcalines et du cholestérol total.
On distingue des ictères par cholestase extra-hépatique (lithiase de la voie biliaire principale, cancer du pancréas surtout), des ictères par cholestase intra-hépatique (en rapport avec une diminution ou un arrêt de la sécrétion biliaire dans le cas d’une hépatite ou en rapport avec une obstruction des voies biliaires intra-hépatiques (cirrhose biliaire primitive).
La cholestase histologique est définie par des dépôts de bile dans les hépatocytes et dans les canalicules biliaires.

Chondromatose

Terme utilisé dans deux circonstances 
-    une maladie constitutionnelle rare et caractérisée par des chondromes intra-      osseux multiples.
-    dans une synoviale articulaire, lorsqu’il existe des modifications       dystrophiques réalisant des plages cartilagineuses.

Chondrome

Tumeur bénigne reproduisant un tissu cartilagineux adulte.

Chondrosarcome

Tumeur conjonctive maligne reproduisant un tissu cartilagineux plus ou moins différencié. Cette tumeur est habituellement développée dans le squelette.

Cicatrisation

Mode de guérison d’une destruction tissulaire qui aboutit à la constitution d’un tissu conjonctif néoformé qui remplace le tissu détruit.

Coaptation

Accolement des berges d’une perte de substance après détersion. Elle peut être spontanée ou réalisée chirurgicalement (suture).

Coloration

Utilisation de colorants spécifiques de différentes structures qui sont ainsi visualisées. La coloration la plus habituelle est l’hématéine (qui met en évidence en bleu les noyaux) et l’éosine (qui met en évidence en rouge les cytoplasmes). Les coupes colorées sont ensuite protégées par une lamelle de verre permettant leur conservation

Coloration spéciale

Il existe différents colorants permettant spécifiquement, par l'intermédiaire d’une réaction chimique, de mettre en évidence différents constituants cellulaires ou tissulaires.
Exemple : le fer est mis en évidence par la coloration de Perls.

Congestion

Augmentation de la quantité de sang contenue dans un organe ou dans un territoire de l’organisme avec dilatation des vaisseaux correspondants. 
La congestion active résulte d’une vasodilatation artérielle.
La congestion passive est le résultat d’une dilatation veineuse par obstacle à la circulation de retour (s’accompagne d’un ralentissement du courant sanguin ou stase).

Corps d’inclusion

Seuls éléments qui donnent à l’inflammation virale sa spécificité morphologique. Ils sont inconstants, n’apparaissant qu’à certains moments et avec certains virus (inclusion intranucléaire de l’herpès, inclusion de la maladie des inclusions cytomégaliques).

Coupe

Cette étape permet, à partir du bloc (le plus souvent de paraffine), d’obtenir à l’aide d’un microtome des coupes fines de 2 à 5 microns que l’on dépose sur une lame de verre.

Coupes à congélation

Coupes faites sur des tissus congelés sur un microtome refroidi à –20°C (cryostat). Cette technique peut permettre les examens extemporanés per-opératoires. Elle permet aussi la mise en évidence des graisses, la réalisation de techniques histo-enzymologiques et globalement la préservation de l’intégrité des sites antigéniques (révélés en immuno-histochimie et/ou en biologie moléculaire).

Cytodiagnostic

Il repose sur les caractères de la cellule cancéreuse et emploie les techniques de prélèvements et d’étude des cellules isolées.
Le cytodiagnostic négatif correspond à des aspects normaux, inflammatoires ou réactionnels, sans cellules suspectes.
Le cytodiagnostic positif comprend des cellules suspectes de malignité : il peut s’agir de lésions dysplasiques ou de lésions tumorales intra-épithéliales ou invasives.

Cytologie

Il s’agit de l’ensemble des techniques et des méthodes permettant de recueillir des cellules que l’on peut prélever 
-    par ponction d’un liquide normal ou pathologique
-    par ponction d’un organe plein ou d’un kyste
-    par apposition sur une lame d’un fragment biopsique ou chirurgical avant       fixation
-    par raclage ou frottis d’une muqueuse (col utérin, vagin) ou d’un revêtement ou       d’un épithélium.

Dégénérescence

Terme ancien désignant des lésions réversibles essentiellement liées à des perturbations métaboliques. La dégénérescence cellulaire correspond à la diminution des métabolismes cellulaires avec éventuel arrêt complet de certains d’entre-eux. Ces lésions peuvent entraîner la nécrose cellulaire.
On utilise le terme de dégénérescence hydropique ou vacuolaire pour certains mécanismes. 
L’emploi du terme dégénérescence pour désigner la transformation maligne d’une tumeur bénigne ou d’une lésion précancéreuse est un terme impropre, à bannir.

Dépistage

Il s’agit d’une étude ou d’un examen systématique fait en l’absence de symptômes dans une population susceptible d’être atteinte d’une lésion. Le dépistage d’un cancer consiste à identifier par tous les moyens appropriés les personnes apparemment susceptibles d’être atteintes à un stade plus précoce et même à un stage précancéreux. Il faut donc distinguer le dépistage du diagnostic précoce d’un cancer donnant déjà des signes

Détersion

Il s’agit de l’élimination des débris tissulaires nécrosés : elle peut se faire par les macrophages si la nécrose est peu abondante, par une évacuation spontanée (fistulisation à la peau ou évacuation dans un conduit naturel) ou encore par traitement chirurgical (débridement d’une plaie, incision d’un abcès).

Diapédèse

Passage actif à travers les parois vasculaires des éléments figurés du sang. Ce passage précède la migration de ces cellules vers un foyer inflammatoire.
La diapédèse leucocytaire est la traversée par les leucocytes (polynucléaires, lymphocytes et monocytes circulants).
L’érythrodiapédèse est le passage d’hématies hors des vaisseaux, déterminant des hémorragies interstitielles.

Différenciation cellulaire

Acquisition par une cellule ou par une population cellulaire des caractères morphologiques habituellement en rapport avec une spécialisation fonctionnelle.

Différenciation d’une tumeur

Présence de caractères morphologiques ou fonctionnels dans un tissu tumoral qui sont proches de ceux observés dans le tissu normal d’origine.
La classification des tumeurs se fait en fonction de leur degré de différenciation.

Différenciation tissulaire

Acquisition par un tissu de caractères morphologiques en rapport avec une spécialisation fonctionnelle.

Dysembryome (tératome)

Terme générique regroupant toutes les tumeurs bénignes et malignes gonadiques ou extragonadiques constituées de tissus dont l’aspect rappelle les différents stades du développement embryonnaire jusqu’au stade adulte dans certains cas.
Leur classification est fondée sur la présence d’un ou plusieurs tissus et le caractère mature ou immature du ou des tissus

Dysgénèse (dysembryoplasie)

Malformation résultant d’une anomalie du développement qui est survenue au cours de l’embryogenèse.

Dystrophie

Au sens étymologique, il s’agit de l’altération d’un tissu, d’un organe ou d’une partie de l’organisme par un trouble nutritionnel. L’origine de ce trouble est variée : vasculaire, hormonale, nerveuse, métabolique… Les anatomopathologistes appliquent le terme de dystrophie à toute lésion qui n’est manifestement ni malformative, ni tumorale, ni inflammatoire.

Ectopie

Anomalie de situation d’un organe (variété d’hétérotopie)

Embole

Corps étranger migrant dans la circulation. Celui-ci est exogène ou endogène (le plus souvent constitué par un caillot sanguin)

Embolie

Migration intravasculaire d’un corps étranger et son arrêt brusque dans un vaisseau dont le calibre est insuffisant pour le laisser passer.
L’adjectif qui qualifie l’embolie précise soit la nature de l’embole (embolie graisseuse) soit le point d’arrêt de l’embole (embolie pulmonaire).

Embryopathie

Maladie atteignant le produit de conception au cours de l’embryogénèse, c’est à dire au cours des trois premiers mois de la vie intra-utérine. Elle peut avoir pour conséquence la mort in utero ou une malformation congénitale.

Empyème

Présence de pus dans une cavité pré-existante.

Epithélioma

Terme ancien utilisé uniquement en pathologie cutanée pour désigner les carcinomes.

Exsudat

Terme général désignant l’ensemble des éléments liquidiens et des cellules traversant la paroi vasculaire au cours d’une réaction inflammatoire. L’accumulation dans le tissu interstitiel constitue un œdème ; dans une cavité il constitue un épanchement.
La composition de l’exsudat varie en fonction du stade et de l’étiologie de l’inflammation (séreux, fibrineux, fibrino-leucocytaire). Il est généralement riche en protéines.

Extemporané (examen)

Il s’agit d’un examen histologique ou cytologique faisant appel à des techniques particulières qui permettent de fournir un résultat en quelques minutes. Cet examen est généralement pratiqué au cours d’une intervention chirurgicale, dans la mesure où la réponse de l’anatomo-pathologiste aura une incidence sur la conduite de l’acte opératoire (examen des limites d’exérèse d’une lésion, recherche d’une infiltration tumorale métastatique).

Fibromatose

Groupe hétérogène d’affections caractérisées par une prolifération fibroblastique souvent systématisée à une région anatomique (fibromatose palmaire ou plantaire développée à partir des aponévroses).

Fibrome

Tumeur bénigne conjonctive constituée par une prolifération de fibroblastes qui élaborent en quantité variée du collagène.

Fibrome envahissant

Prolifération fibroblastique qui a histologiquement l’aspect d’un fibrome bénin mais qui pose des problèmes thérapeutiques et pronostiques (liés à la mauvaise limitation et aux récidives locales fréquentes). On décrit surtout les fibromes envahissant des membres et les fibromes envahissant situés dans la gaine des muscles grands droits de l’abdomen.

Fibrose (sclérose)

Augmentation de la trame conjonctive et des constituants fibrillaires d’’un tissu. Ceci se traduit par une dureté du tissu concerné (à l’origine le terme sclérose est un terme macroscopique et le terme fibrose est un terme microscopique).
Une sclérose est hyaline si elle est ancienne et homogène, de coloration éosinophile.
Une sclérose atrophique remplace un tissu spécialisé en le rétractant (cicatrice).
Une sclérose est hypertrophique quant au contraire elle entraîne une augmentation du tissu concerné.
Une sclérose est systématisée lorsqu’elle se développe le long des axes conjonctivo-vasculaires d’un tissu ou d’un organe.
Une sclérose est mutilante quand elle détruit l’architecture normale (ex cirrhose hépatique).
Une sclérose d’enkystement entoure une zone ou un foyer inflammatoire (abcès).
Une fibrose est inflammatoire lorsqu’elle contient des cellules inflammatoires nombreuses (il s’agit généralement d’une inflammation récente).
Une fibrose est dystrophique lorsqu’elle ne contient que d’exceptionnelles cellules inflammatoires et que les fibres collagènes sont nombreuses et denses.

Fixation (cellules ou tissus)

Etape indispensable avant toute autre technique qui permet la conservation morphologique des structures. Le principal fixateur est le formol.

Fœtopathie

Maladie atteignant le produit de conception après le troisième mois de la grossesse. Elle peut avoir pour conséquence une malformation congénitale.

Follicule tuberculeux

Variété de granulome inflammatoire observé au cours de la tuberculose, constitué par l’association d’éléments de la lignée histio-monocytaire (prenant l’aspect de cellules épithélioïdes et de cellules géantes de Langhans) et de lymphocytes disposés en couronne. Le follicule est caractérisé par le groupement de ces cellules.

Glioblastome

Tumeur maligne du système nerveux central faite d’une prolifération de cellules gliales

Gliome

Terme générique regroupant toutes les tumeurs du système nerveux central constituées par une prolifération de cellules gliales

Granulation

Terme macroscopique désignant un nodule à la limite de la visibilité

Granulie (ou miliaire tuberculeuse)

Forme diffuse de la maladie tuberculeuse qui survient par dissémination hématogène. Elle est caractérisée par la présence de granulations miliaires (nodules à la limite de la visibilité) évoluant toutes en même temps dans les différents viscères.

Granulome inflammatoire

Eléments cellulaires polymorphes observés dans un foyer inflammatoire.
Le terme de granulome peut être assorti d’un adjectif qui précisera :
-    la cause de la lésion ( ex : granulome à corps étranger)
-    la population cellulaire prédominante (ex : granulome épithélioïde et       gigantocellulaire)
On utilise de plus en plus le terme de granulome au sens restrictif de granulome épithélioïde et gigantocellulaire : ceci réalise le granulome « tuberculoïde » substrat des inflammations spécifiques dites granulomateuses. (voir follicule tuberculeux).

Hamartome

Formation tissulaire pseudotumorale définie comme « un mélange anormal de cellules normalement présentes dans l’organe où elles se développent sans aucune harmonie ».

Hémochromatose

Variété de sidérose liée à un trouble constitutionnel et familial du métabolisme du fer génétiquement déterminé.

Hémorragie

Irruption de sang en dehors des cavités vasculaires. Elle peut être externe ou interne.

Hémosidérose

Accumulation tissulaire localisée ou généralisée de fer d’origine sanguine, essentiellement sous forme d’hémosidérine.

Hétérotopie

Anomalie congénitale qui résulte d’une localisation anormale de tissus normaux.

Histiocytofibrome

Tumeur bénigne conjonctive constituée d’une prolifération fibroblastique, myofibroblastique et d’éléments histiocytaires. Cette lésion est souvent cutanée.

Histiocytofibrome malin

Sarcome constitué par des cellules d’aspect fibroblastique et d’aspect histiocytaire intriquées.
Sa localisation est ubiquitaire. C’est le sarcome des tissus mous le plus fréquent de l’adulte, encore appelé MFH (malignant fibrosis histiocytoma).

Hyperplasie

Augmentation anormale de la masse d’un organe ou d’une portion d’organe en rapport avec une augmentation anormale du nombre de cellules qui le composent. Ceci est habituellement en rapport avec une hyperactivité fonctionnelle

Hypertrophie d’une cellule

Augmentation réversible de la taille d’une cellule avec augmentation de la taille et du nombre de ses constituants. Cette hypertrophie va habituellement de pair avec une augmentation des propriétés fonctionnelles de la cellule.

Hypoplasie

Développement insuffisant de tout ou partie d’un viscère aboutissant à un organe trop petit mais généralement fonctionnel.

Hypoxie

Diminution de l’apport ou de l’utilisation de l’oxygène au niveau des tissus.

Immunohistochimie

Identification « in situ » d’un antigène cellulaire ou tissulaire. Cette technique est basée sur une interaction antigène/anticorps et fait appel à des anticorps monoclonaux ou polyclonaux, conjugués à une substance fluorescente ou à une enzyme qui réagit en donnant une réaction colorée facile à visualiser (peroxydase).

Inclusion

Etape technique aboutissant à la formation d’un bloc (le plus souvent de paraffine) englobant le prélèvement et permettant sa coupe. Entre la fixation et l’inclusion, différents passages dans une série de solvants sont nécessaires.

Infarcissement hémorragique

Foyer d’infiltration hémorragique tissulaire, avec ou sans nécrose, en rapport avec l’obstruction des veines de drainage.
L’exemple le plus fréquent est l’infarcissement hémorragique intestinal par thrombose de la veine mésentérique. 
Les aspects macroscopiques et histologiques sont comparables à ceux en rapport avec un infarctus rouge.

Infarctus

Il est défini par un foyer circonscrit de nécrose ischémique dans un viscère, secondaire à l’interruption complète et brutale de la circulation artérielle. Les principales causes sont la thrombose et l’embolie. On distingue les infarctus blancs (liés à l’obstruction d’une artère terminale) et les infarctus rouges (avec secondairement inondation sanguine venant d’une circulation anastomotique).

Infiltration

Ce terme a plusieurs sens distincts, il peut s'agir
-    d’une lésion macroscopique non systématisée et mal limitée en rapport avec       une inflammation tuberculeuse caséeuse.
-    d’un terme histologique désignant l’accumulation dans une cellule ou dans un       tissu d’une substance normalement absente (infiltration amyloïde dans le foie).
-    de la présence dans un tissu  conjonctif d’un liquide organique (infiltration       hémorragique d’un tissu ou d’un organe).
Ce terme est encore utilisé pour désigner l’envahissement macroscopique ou histologique d’un tissu par une prolifération tumorale maligne mal limitée (la tumeur en cause est dite infiltrante).

Inflammation (processus inflammatoire, réaction inflammatoire)

Il s’agit de l’ensemble des phénomènes réactionnels déclenchés, dans un organisme vivant, par une agression. Ce processus « normal » comprend les phénomènes locaux (vus en anatomie pathologique) et les phénomènes généraux (connus en clinique). Il existe des agents pathogènes exogènes et endogènes dont le mode d’action n’est pas univoque. Les causes infectieuses ne constituent qu’une petite partie des causes de l’inflammation.

Inflammation congestive

Elle est caractérisée par une simple congestion artériolaire et capillaire.

Inflammation fibrineuse

Elle est caractérisée par une exsudation plasmatique riche en fibrine. La coagulation de la fibrine aboutit à la constitution de dépôts.

Inflammation fibrino-leucocytaire

Elle associe un exsudat fibrineux et un afflux de leucocytes

Inflammation gangréneuse

Elle est caractérisée par une nécrose tissulaire liée à des obstructions vasculaires et à la présence de certains germes pathogènes particuliers (généralement anaérobies).

Inflammation granulomateuse

Elle est caractérisée par la présence de follicules qui sont soit tuberculeux soit secondaires à une réaction cellulaire d’une autre origine.

Inflammation hémorragique

Elle est caractérisée par une infiltration d’un tissu par des hématies, du fait d’une érythrodiapédèse et d’une fragilisation des endothéliums vasculaires.

Inflammation œdémateuse

Elle est caractérisée par la présence dans le tissu interstitiel d’un transsudat pauvre en fibrine.

Inflammation purulente

lle est caractérisée par la présence de pus secondaire à la diapédèse des leucocytes et à la nécrose tissulaire.

Inflammation spécifique

Une inflammation est spécifique dans deux circonstances :
-    quand elle comprend des lésions histologiques évocatrices d’une cause ou d’un       groupe de causes (ex de la nécrose caséeuse spécifique de la tuberculose). 
-    quand il est possible de mettre en évidence dans les tissus l’agent causal (un       parasite ou un champignon dans un foyer infectieux).

Inflammation tuberculoïde

Voir inflammation granulomateuse

Ischémie

Terme physiopathologique qui désigne la diminution de l’apport sanguin artériel dans un territoire donné de l’organisme.
Il existe des causes locales (thrombose, embolie, sténose artérielle) et des causes générales (état de choc).
La conséquence la plus grave est la nécrose tissulaire.

Kyste

Cavité anormale dont la paroi est bordée par un revêtement épithélial.

Léiomyome

Tumeur bénigne constituée par la prolifération de cellules musculaires lisses. Le plus fréquent est le léiomyome utérin (appelé à tort fibrome).

Léiomyosarcome

Tumeur conjonctive maligne constituée par des cellules musculaires lisses plus ou moins différenciées.

Lipome

Tumeur bénigne formée par des adipocytes normaux.

Liposarcome

Tumeur conjonctive maligne constituée par des cellules adipeuses plus ou moins bien différenciées.

Lymphome

Tumeur développée à partir des cellules des lignées lymphoïdes et histio-monocytaires (ou supposées telles) à différents degrés de leur maturation. On distingue la maladie de Hodgkin et les autres lymphomes dits « non hodgkiniens »

Lymphoprolifératifs (syndromes)

Terme regroupant toutes les affections caractérisées par une prolifération maligne de cellules de la lignée lymphoïde, à différents stades de différenciation morphologique.

Mélanomes

Tumeurs malignes, pigmentées ou non, constituées par une prolifération de cellules mélaniques. 
On distingue le mélanome superficiel (ou SSM pour superficial spreading melanoma), le mélanome nodulaire et le mélanome (ou mélanose) de Dubreuilh.

Méningiome

Tumeur bénigne constituée par une prolifération de cellules arachnoïdiennes.

Mésothéliome

Tumeur faite d’une prolifération de cellules mésothéliales habituellement développée dans une cavité cœlomique. Dans la plèvre, cette tumeur, presque toujours maligne, est habituellement en relation avec une exposition à l’amiante.

Métastase cancéreuse (tumeur secondaire)

Localisation cancéreuse secondaire située à distance de la tumeur initiale, de même nature qu’elle et sans relation de continuité.

Métaplasie

Anomalie acquise résultant de la transformation d’un tissu en un autre tissu de structure et de fonction différentes. Ce tissu est normal dans sa constitution et dans son architecture et anormal par sa localisation.
La métaplasie peut être physiologique (métaplasie déciduale du chorion cytogène de l’endomètre) ; elle est le plus souvent pathologique.
On distingue les métaplasies épithéliales (métaplasie malpighienne d’un revêtement cylindrique ou métaplasie intestinale d’une muqueuse gastrique) et les métaplasies conjonctives (métaplasie osseuse d’un cartilage.

Myxoïde

Adjectif qualifiant les tissus conjonctifs tumoraux ou non tumoraux riches en muco substances qui ont macroscopiquement un aspect gélatineux.

Myxome

Tumeur conjonctive bénigne rare, constituée par la prolifération de cellules conjonctives, séparées par une substance fondamentale très lâche (ressemblant à la gelée de Wharton du cordon ombilical).

Nævus

L’origine de ce terme désigne une malformation cutanée ayant cliniquement l’aspect d’une tumeur et correspondant à un « hamartome ».
Actuellement, ce terme est plus restrictif et utilisé au sens de nævus pigmentaire ou nævus nævocellulaire.
Ces tumeurs sont composées de cellules næviques (ou nævocytes) disposées en thèques. Selon la localisation des thèques næviques dans les plans cutanés, on distingue le nævus nævocellulaire dermique, le nævus nævocellulaire jonctionnel, le nævus nævocellulaire mixte ou composé et le nævus bleu.

Nécrose

Mort cellulaire irréversible associant des altérations nucléaires et des altérations cytoplasmiques.
-    La pycnose est la rétraction et l’hyper-colorabilité du noyau.
-    La caryolyse est la dissolution progressive du noyau qui disparaît.
-    La caryorrhexis est la fragmentation du noyau.
-    La nécrose de coagulation est la rétraction et l’hypercolorabilité du cytoplasme       (nécrose acidophile).
-    La nécrose de liquéfaction correspond à une clarification du cytoplasme       (souvent liée à une atteinte membranaire).

Néoplasie intra-épithéliale

Entité récemment individualisée en pathologie gynécologie (CIN : cervical intra-epithelial neoplasia). Sous ce terme, on regroupe les dysplasies et le carcinome intra-épithélial.

Neurofibrome

Tumeur bénigne constituée par des cellules fusiformes de nature schwannienne et/ou fibroblastique associées à des neurites. Ces tumeurs sont caractéristiques de la neurofibromatose de Von Recklinghausen.

Nodule

Lésion macroscopique grossièrement arrondie et bien limitée des tissus voisins, palpable ou visible.

Œdème inflammatoire

Oedème tissulaire secondaire au passage du plasma à partir des vaisseaux sanguins vers le milieu interstitiel. Ce phénomène lié, à une augmentation de la perméabilité vasculaire, correspond à un des stades initiaux du processus inflammatoire.

Organisation (d’un foyer inflammatoire, d’un thrombus)

Ce terme désigne pour les anatomopathologistes les différentes étapes de la colonisation d’un réseau de fibrine provenant d’un exsudat inflammatoire ou d’un thrombus par un tissu conjonctif néoformé (bourgeon charnu).

Ostéochondrome (exostose ostéogénique)

Tumeur bénigne unique ou multiple (maladie exostosante) implantée à la surface de l’os, comportant une coiffe cartilagineuse en superficie et un tissu osseux qui est en continuité avec l’os sous jacent.

Ostéome

Tumeur bénigne constituée de tissu osseux bien différencié, cortical ou spongieux.

Ostéosarcome (sarcome ostéogénique)

Tumeur conjonctive maligne dont les éléments cellulaires élaborent de l’os tumoral plus ou moins bien différencié. Ces tumeurs sont le plus souvent développées dans le squelette

Papillome

Tumeur bénigne épithéliale développée au niveau d’un épithélium de revêtement malpighien ou urothélial (paramalpighien) et comportant, entre autres comme lésions élémentaires, une accentuation des papilles conjonctives (d’où son nom).
Les verrues virales sont des papillomes cutanés viraux.

Phagocytose

Ensemble des étapes par lesquelles une cellule ou phagocyte englobe, dans une vacuole lysosomiale intracytoplasmique, une structure figurée (micro-organisme, corps étranger, autres cellules).
Les phagocytes sont les cellules ayant les capacités (mobilité, équipements enzymatiques) de réaliser une phagocytose. Les phagocytes sont les polynucléaires (ayant les propriétés de microphagocytose) et les éléments du système histiomacrophagique  (macrophagocytose).

Phlegmon

Présence de pus qui diffuse dans un tissu nécrosé, sans collection.

Pièce opératoire

Résultat d’un acte chirurgical ayant entraîné l’exérèse d’un ou plusieurs organes. L’étude comporte plusieurs étapes : macroscopique, histologique et autres selon nécessité.

Polype

Terme utilisé en macroscopie et en endoscopie pour désigner toute formation en saillie, plus ou moins pédiculée, à la surface d’une muqueuse. Ce terme ne préjuge pas de la nature histologique de la lésion.

Polypose

Etat pathologique caractérisé par la présence de polypes multiples.
On connaît surtout les polyposes des fosses nasales et les polyposes digestives (certaines de ces dernières sont familiales et constituent des états précancéreux).

Prolifération

Augmentation des divisions cellulaires.

Pseudokyste

Cavité anormale dont la paroi est dépourvue d’épithélium et qui est souvent d’origine inflammatoire (à ne pas confondre avec un kyste qui est par définition revêtu par un épithélium).

Rhabdomyosarcome

Tumeur maligne développée aux dépens des muscles striés.

Schwannome (neurinome)

Tumeur bénigne constituée par la prolifération des cellules de Schwann.

Stase

Ralentissement du courant circulatoire (voir congestion passive).

Stéatose

Variété de surcharge caractérisée par l’accumulation anormale de triglycérides sous forme figurée à l’intérieur des cellules d’un organe (la stéatose hépatique est la plus commune).

Stroma

Tissu conjonctif néoformé, fourni par l’hôte, non tumoral, qui assure le soutien et la nutrition des cellules tumorales. Il est constitué de cellules conjonctives normales, de fibres collagènes élastiques, de vaisseaux sanguins et lymphatiques. Dans certaines tumeurs, on parle de stroma adaptatif. Dans certains cas, on parle de stroma-réaction surtout s’il existe une réaction inflammatoire.

Surcharge

Accumulation excessive dans une cellule ou dans un tissu d’une substance qui n’est présente à l’état normal qu’en faible quantité.
Une maladie de surcharge est une maladie générale comportant une surcharge tissulaire ou cellulaire dont les lésions sont directement ou indirectement en rapport avec cette surcharge.

Thrombose

Coagulation du sang dans les cavités vasculaires ou cardiaques durant la vie. Le produit de la coagulation s’appelle un thrombus.

Thrombus

Différentes variétés de caillots qui se constituent au cours d’un processus de thrombose.
On distingue selon la structure microscopique : le thrombus rouge, le thrombus blanc et le thrombus mixte. Selon sa topographie, on distingue le thrombus pariétal et le thrombus oblitérant.

Transsudat

Œdème ou épanchement pauvre en protéines, résultant d’un transfert passif de liquide et de très peu de cellules à travers les parois vasculaires

Tubercule

Lésion nodulaire visible macroscopiquement, de taille très variée, liée à une maladie tuberculeuse. Les tubercules sont en partie constitués par du caséum.

Tuberculome

Masse macroscopique volumineuse faite de caséum disposé en couches concentriques, séparées par des zones calcifiées.

Tumeur

Au sens large du terme, il s’agit d’une masse tissulaire en excès échappant aux mécanismes de régulation de l’organisme.
Au sens anatomopathologique, une tumeur est une prolifération tissulaire anormale qui ressemble plus ou moins au tissu normal homologue et qui a tendance à persister et à s’accroître en échappant aux règles biologiques de la croissance et de la différenciation cellulaire.

Tumeur bénigne

Au sens large du terme, il s’agit d’une tumeur dont l’évolution spontanée, strictement locale, n’aboutit pas à la mort du sujet.
Au sens anatomopathologique, une tumeur bénigne est macroscopiquement bien limitée et encapsulée, histologiquement faite de cellules régulières semblables aux cellules du tissu d’origine. De plus, on admet qu’au cours de son évolution strictement locale, sa croissance est lente, sans récidive si l’exérèse est complète, sans métastase.

Tumeur du blastème

Tumeur apparaissant le plus souvent dans l’enfance et constituée de cellules immatures semblables à celles de l’ébauche embryonnaire d’un organe ou d’un tissu (blastème). Ces tumeurs sont habituellement malignes et désignées par le suffixe « blastome » : ex : néphroblastome, hépatoblastome, sympathoblastome…

Tumeur maligne (cancer)

Au sens large du terme, il s’agit d’une prolifération cellulaire qui aboutit à la mort de l’individu porteur du fait de l’extension de la tumeur à tout l’organisme.
Au sens anatomopathologique, une tumeur maligne est macroscopiquement mal limitée, non encapsulée et microscopiquement, il s’agit d’une caricature du tissu d’origine avec des cellules très irrégulières. En fonction du degré de ressemblance de la tumeur maligne avec le tissu d’origine, on parle de différenciation tumorale ou au contraire de non différenciation ou d’anaplasie. De plus, l’évolution de la tumeur maligne est locorégionale et générale avec métastase.

Tumeur villeuse

Terme qui désigne une variété de tumeurs des muqueuses digestives caractérisées par un aspect macroscopique chevelu et une image histologique réalisant des franges très fines revêtues par un épithélium cylindrique. Il s’agit d’une tumeur à malignité potentielle.

Tumeurs embryonnaires

Terme générique réunissant des tumeurs disparates ayant en commun d’être formées par la prolifération d’un ou plusieurs tissus dont l’aspect rappelle celui des tissus embryonnaires. Les tumeurs embryonnaires comportent les tératomes ou dysembryomes et les tumeurs du blastème.

Vestiges embryonnaires (reliquats embryonnaires)

Structures tissulaires ou organe persistant après la naissance alors qu’ils auraient normalement du disparaître au cours de l’embryogenèse.